Toute petite, il n'y avait pas la télévision à la maison.
C'était la radio qui faisait partie de mon monde, nous avions un appareil dans la cuisine et mon père allumait la radio dès son retour du travail, le midi  et le soir.

C'est dans cette radio que du premier au 24 décembre, le père-Noël nous parlait  tous les soirs.  Il nous racontait une histoire et il sortait ensuite la liste des noms des enfants sages.  Quel bonheur lorsque nous entendions notre nom "Jocelyne Verret" ou celui d'un ami et que le lendemain en classe on pouvait dire: "Michel, le père-Noël t'a nommé hier soir".  L'émission durait une quinzaine de minutes et dans la maison tout était silencieux.

Afin de donner cette touche magique, les parents se rendaient dans un commerce, où le marchand remettait une carte sur laquelle les parents écrivaient le nom de leurs enfants.  Chaque soir, un employé de la radio faisait le tour des commerces et apportait les cartes au studio.

Pas de centre commercial et pas non plus de père-Noël dans tous les magasins.

Le vrai père-Noël, je le voyais dans une activité organisée par la compagnie Alcan, l'employeur de mon père et d'une grande partie des citoyens de la ville de Shawinigan.  La compagnie louait une salle de spectacle et le père-Noël arrivait avec de très beaux cadeaux.

Voici, d'ailleurs une photo qui a été publiée dans le journal lors du reportage sur cette activité.

jojo cadeau

 

J'avais 4 ans et cette année-là mon cadeau comprenait un ensemble de vaisselle ainsi que des casseroles.  Tout, pour faire une ménagère experte.  J'ai tellement joué avec cet ensemble et je l'ai longtemps conservé en souvenir.

Je vous souhaite une belle période douce entre Noël et le Nouvel-An.
Moi, j'aurai le grand plaisir de manger avec mon amie Dokane et sa famille demain midi.  Du bonheur en perspective.

Ce vendredi, j'irai à Montréal pour voir mes enfants et petits-enfants, puis Peyo et moi allons recevoir un couple d'amis ce samedi.

Grosses bises et @bientôt
Jocelyne

q5delxkz